ET LE VIN DANS LA LOI EVIN ?

Vin, Vodka, Whisky, Santé publique, Loi Evin, PLFSS et petites bousculades entre ami-e-s…

OUI je soutiens la filière viticole française et en particulier celle de notre région. Les vins y sont bons et les gens sincères. La vigne y est un marqueur de paysage, qui permet que les campagnes soient vertes l’été, sculptées par ces rangs de vignes rectilignes, immenses, beaux, et lumineux en hiver, splendeur de ces pieds noueux, étonnants, quasi scripturaux par leur langage visuel . Et les couleurs à l’automne, qui dépendent du cépage et qui parlent à l’âme. J’éviterai de parler du printemps, je deviendrais lyrique… STOP.

Alors OUI, je défends nos vignes, et nos viticulteurs. Et notre viticulture. Belle, saine, noble. Qui donne de bons vins de toutes les couleurs. Pas trop chers. Abordables. Dont nous pouvons être fiers.

Et OUI je ne comprends pas pourquoi les alcools forts, whisky, vodka, rhums et autres saké pourraient s’épancher à l’envi sur les bords des routes et dans les journaux, ainsi que les bières et autres cidres ET PAS NOS VINS.

Et OUI, si la Loi Evin s’appliquait aux alcools forts, apéritifs ou digestifs, avec la même rigueur que pour le vin, alors je serais sans restriction favorable à l’interdiction de toute publicité et propagande pour les boissons alcoolisées (y compris les bières et les cidres). OUI.

Mais NON, ce n’est pas le cas. La loi Evin (janvier 1991) a été faite à une époque ou l’alcoolisation au pinard (sic) était encore un fléau national, déjà déclinant certes, mais un fléau. Alors que les alcools forts étaient des alcools de riches et la bière pas encore un mode d’alcoolisation massive des jeunes en goguette. Alors qu’aujourd’hui, le vin est devenu un boisson du plaisir et de la convivialité, alors que les alcools forts se sont répandus en masse dans tous les foyers (et sur les panneaux publicitaires et autres pages de journaux), alors que la bière se déploie à grande vitesse !

OUI je préfère la convivialité de nos vins d’aujourd’hui, marqueurs de civilisation et de civilités, au gros rouge qui tâche de l’époque. Evidemment. Mais NON je ne comprends pas que l’on continue à laisser les portes grandes ouvertes aux alcools blancs des contrées du nord contrairement aux belles saveurs de nos vins de France en général, et de notre France méditerranéenne en particulier. Que je préfère à tous les vins du monde (évidemment… quoique, parfois…).

Nota : et que ma collègue Catherine Lemorton soit furax et le dise, c’est très bien. Cela prouve que les députés SRC (Socialistes, Républicains et Citoyens) … sont vifs, indépendants, sereins et responsables. Pas de godillots chez nous. YESSS (sic et je signe).

Nota 2 : il m’arrive de boire du whisky ou du rhum, et même quelques bières de temps en temps. Ce qui n’a rien à voir avec le vin. En apéro, à table, en soirée, à la volée. Avec modération. Evidemment.

Lien de l’intervention en commission (ou par le pico YouTube sur la page d’accueil) : http://dai.ly/x3d7goe