L’ANB à MONTPELLIER, NATURELLEMENT !

Aujourd’hui notre journal régional, MidiLibre a consacré sa Une et une longue page à l’annonce du choix, par le Gouvernement, de notre ville de Montpellier pour l’Agence Nationale de la Biodiversité.

Avec Brest et Vincennes. Pourquoi 3 sites ? A priori, il semble que le « siège » administratif et politique sera à Vincennes (qui n’est pas Paris, même si c’est à côté : la symbolique n’est pas la même…), que Brest serait plutôt concerné par la Biodiversité marine et Montpellier par la Biodiversité terrestre. Les soutiens constants de Carole Delga, présidente de LaRegion Occitanie et de Philippe Saurel, maire de Montpellier, président de la Métropole  ont été décisifs. 

Ainsi, les travaux conduits ici depuis près de 30 ans portent leurs fruits ! Ici, c’est d’ailleurs plutôt … de la Biodiversité Terrestre, qu’elle soit Biodiversité naturelle (avec 2 grosses unités de recherche UM2-CNRS « historiques » de la biodiversité, l’ISEM et le CEFE, crées respectivement par Louis Thaler et Louis Emberger, tous deux professeurs à l’UM2 dans les années 70, et seules de leur espèce à l’époque à porter les mots « sciences de l’évolution » et « écologie »… précurseurs géniaux, OU qu’elle soit Biodiversité agricole et cultivée avec Agropolis, présidée à l’époque par Louis Malassis, professeur d’économie à l’Agro de Montpellier.

Au ciel, ces 3 Louis doivent être aux anges aujourd’hui ! Leur ténacité, leur anticipation, portent leurs fruits ! et Georges Frêche, aussi, qui avait tout fait pour que Edith Cresson, alors Premier Ministre, prenne la décision de décentraliser ici l’IEMVT (les vétérinaires du Cirad, spécialistes notamment de la faune sauvage des pays tropicaux) et le CTFT (les Forestiers du Cirad, sur la forêt tropicale, naturelle ou plantée), ce qui a ensuite accru la présence de l’ORSTOM (aujourd’hui IRD) ici et permis le déploiement à Montpellier, et non à Toulouse pourtant site historique de « l’espace » de la Maison de la Télédétection pour l’observation aérienne et spatiale des « espaces naturels et cultivés ».

Sans compter la création d’entreprises dans ces domaines, entreprises pas si petites d’ailleurs, et assez nombreuses… Bref, le choix de Montpellier pour être un des 3 sites forts de cette nouvelle Agence est formidable et confirme que cette ville est capable du meilleur : penser l’avenir. Je m’en réjouis.

Je souligne qu’il s’agit d’une Agence de l’Etat, par d’un organisme de recherche ou d’enseignement supérieur. Une Agence qui aura pour but de travailler à la préservation et à la gestion de la biodiversité dans sa complémentarité avec les activités humaines (d’où l’intégration en son sein de la direction des Parcs Naturels !).

Illustration : DR Midi Libre

Photo : DR ANB

15894267_1236953649723751_1813183080824047272_n